Quelques phrases attribuées à Talleyrand

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord dit « Talleyrand », évêque d’Autun (1788), royaliste sous Louis XVI, agent du clergé en 1787, approuva la constitution civile du Clergé pendant la Révolution et proposa la nationalisation de ses biens.  Il rallia le Tiers-Etat lors des États généraux (1789) et devient député de la constituante (1789). Il fut chargé des affaires étrangères (ministre), sous le Directoire (1795-1799), puis sous le Consulat et l’Empire,  avant de replonger dans le royalisme à la première Restauration (1814) et encore plus à la seconde (1815) où il devient  ministre de Louis XVIII, puis président de son conseil des ministres et ambassadeur à Londres de Louis Philippe pendant la Monarchie de juillet (1830). Sa veste finit par craquer à force d’être retournée. Il fut le prototype du ministre des affaires étrangères moderne. Œuvrant pour la paix il fut le premier vrai européen.

On lui doit quelques fameuses citations, toujours d’actualité, qui sont affichées dans l’autel de Valençay où son cercueil est exposé :

 

Citations de Talleyrand

  • On connait, dans les grandes cours, un autre moyen de se grandir : c’est de se courber !
  • En politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai.
  • Le meilleur auxiliaire d’un diplomate, c’est son cuisinier.
  • Si les gens savaient par quels petits hommes ils sont gouvernés, il se révolteraient vite.
  • Il y a une chose plus terrible que la calomnie, c’est la vérité.
  • Il y a trois sortes de savoir : le savoir proprement dit, le savoir-faire et le savoir-vivre ; les deux derniers dispensent assez bien du premier.
  • Le mariage est une si belle chose qu’il faut y penser pendant toute sa vie.
  • Il croit qu’il devient sourd parce qu’il n’entend plus parler de lui.
  • les femmes pardonnent parfois à celui qui brusque l’occasion, mais jamais à celui qui la manque.
  • Les mécontents sont des pauvres qui réfléchissent.
  • Défiez-vous des premiers mouvements, ce sont les bons !
  • Un ministère qu’on soutient est un ministère qui tombe.
  • La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée.
  • On peut violer les lois sans qu’elles crient.
  • Si cela va sans dire, cela ira mieux en le disant.
  • « Oui » et « Non » sont les mots les plus courts et les plus faciles à prononcer, mais ce sont ceux qui méritent le s plus d’examen.

 

20180501_142851.jpg
Plaque de Valencay
Publicités

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :