Étiquette : Littérature

J’ai lu pour vous 2084 de Boualem SANSAL

Je venais d’achever 1984, le classique de Georges ORWEL (1949), lorsque mon regard tomba sur la pile des nouveautés de la Fnac au sommet de laquelle figurait le livre de Boualem SANSAL : 2084 ! Étrange. La préface rapidement parcourue montrait clairement que l’auteur revendiquait la filiation. 2084 est la suite de 1984. 1984 décrivait

Lire la suite

J’ai lu pour vous Bel-Ami de Guy de Maupassant

Bel Ami, c’est Georges DUROY, un pauvre bougre affamé qui erre dans les rues de la capitale. Nous sommes en 1880. la parenthèse impériale (1852-1870) a été refermée dix ans plus tôt. On fête aussi les dix ans de la Commune de Paris (la première tentative communiste) en accordant l’amnistie aux meneurs encore vivants. La

Lire la suite

J’ai lu pour vous 1984 de Georges ORWELL

J’ai lu pour vous 1984 de Georges ORWELL Écrit en 1948, par Georges ORWELL, 1984 dénonce les totalitarismes du XXème siècle. En utilisant la forme du roman noir,  Georges ORWELL décrit OCEANIA, une société imaginaire, totalitaire, qui a intégré et même dépassé les outils d’oppression inventés par ses illustres aînés que furent le Nazisme et

Lire la suite

J’ai lu pour vous A l’ouest rien de nouveau de Erich Maria Remarque

Paul et ses compagnons vivent avec la mort, omniprésente dans le livre, qui s’abat au hasard sur un ami, un inconnu. Ils visitent un camarde agonisant dans un hôpital de campagne ; un camarade certain de son sort ; certain qu’il ne sortira pas de cet endroit lugubre où se mêlent les odeurs de morphine,

Lire la suite

J’ai lu pour vous Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline

Une lecture surprenante, un style novateur, VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT déconcerte le lecteur non-avisé. Soit on aime, soit on déteste, c’est tout l’un ou tout l’autre. Je suis de la première catégorie. Résumé et avis critique Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline. Quelques mots sur l’auteur Louis-Ferdinand Céline (de son

Lire la suite

J’ai lu pour vous Absolument Dé-bor-dée de Zoé SHEPARD

Zoé SHEPARD. Voilà un auteur (je n’aime pas « une auteure ») qui n’a pas froid aux yeux. Absolument Dé-bor-dée de Zoé SHEPARD Zoé SHEPARD. Voilà un auteur (je n’aime pas « une auteure ») qui n’a pas froid aux yeux. Promise sans doute à une brillante carrière (si elle avait fait preuve d’un peu plus d’hypocrisie et de

Lire la suite

J’ai lu pour vous Le Bleu est une couleur chaude de Julie MAROH

Encore bouleversé par le film d’Abdellatif Kechiche (La vie d’Adèle), je suis resté, de longues minutes, scotché devant l’affiche du film, placardée sur les murs du VICTORIA. Des cheveux bleus, l’adolescence, deux regards complices tournés vers le même horizon, la joie de vivre, tout y était. Et même plus… En caractères minuscules, juste sous le

Lire la suite

J’ai lu pour vous L’ETRANGER d’Albert CAMUS (1947)

J’ai lu pour vous L’ETRANGER d’Albert CAMUS (1947) L’étranger, que l’on ne connaît que par son nom (MEURSAULT), est un algérois moyen, menant une vie moyenne d’employé de bureau, ennuyeuse, dans un quartier quelconque de la capitale algérienne, écrasée par la blancheur du soleil. Il semble subir sa vie, une vie qu’il n’a pas choisie,

Lire la suite

J’ai lu pour vous le docteur JIVAGO de PASTERNAK

Avant tout, un mot sur l’auteur . D’abord enthousiaste devant la vague révolutionnaire qui engloutit la Russie de 1917, Boris, artiste accompli (peintre, écrivain, musicien), n’admit pas la main mise des dirigeants sur l’art. En retrait passif de la vie politique, il ne se démarqua franchement du régime qu’à l’occasion du procès Boukharine en 1938.

J’ai lu pour vous GERMINAL d’Emile ZOLA

GERMINAL fait partie du cycle des Rougon-Macquart, inauguré par ZOLA dans l’Assommoir. Ce cycle est l’occasion de peindre un tableau du second Empire (1851-1870) et de la troisième république qui lui succède, à partir de 1871. Pourquoi GERMINAL ? C’est une référence, bien sûr, au calendrier révolutionnaire, car nous sommes ici en plein drame ouvrier.

J’ai lu pour vous EUGENIE GRANDET de BALZAC

Balzac nous peint un tableau de la province française du XIXème siècle en inscrivant dans la chronologie de l’époque chahutée une famille originale : les Grandet, le père Félix, acariâtre et avare, une mère, soumise et docile, et une fille Eugénie qui, si elle n’y prend pas gare, reproduira la vie pathétique de sa maman. Vient

Lire la suite